[#629] Teubé + Triinu + Ray Bartok @ L’Espace B // mardi 10 mars

[artwork : mathchon]

 

En veux-tu? En v’là! présente :


Teubé (Lille) – techno transe zarbi
soundcloud.com/teubee

« Transe de chambre exotique indus par Thomas Coquelet et Cyril Léon (Becoq Records x La Maïa). Teubé explore des états psychiques cérébrales et chelou à travers des rythmes méditatifs, drone, samples, et tout un bazar pour répétitions technoïdes cycliques et imprévisibles. Formule trio avec accordéon expé !! »
__________________________________________________

Triinu (Paris) – baltic blues
triinu.bandcamp.com
youtube.com/watch?v=n3JISQkq1ak

« Minu nimi on Triinu. Je m’appelle Triinu. My name is Triinu. J’ai trois langues, je n’en ai qu’une seule (très seule) qui envie tous les amants derrière leurs portes fermées. Une langue toute seule qui parle d’amour et d’absences, et d’amour et de manques, et d’amour et de sexe, d’abord en langue étrangère puis dans ma langue, ma langue maternelle, langue que je n’entends jamais, langue que je chante plus que je ne la parle. Minu nimi on Triinu. Je m’appelle Triinu. My name is Triinu and I play baltic blues. Je joues du blues baltique, c’est ce qu’on dit en tout cas. Je joue une musique qui s’assombrit sans s’endurcir car je ne suis pas dure, je suis violente. J’aime Howlin’ Wolf et Nine Inch Nails et Arvo Pärt du même amour. Minu nimi on Triinu. Je m’appelle Triinu. My name is Triinu and Triinu is my voice. Triinu est une voix et une distortion, un archet et un violon, une basse et une batterie, une voix qui vient de Vastseliina, une voix qui vient de Paris, qui vient de Gloucester, une voix qui vient chanter pour ne pas être seule. »
__________________________________________________

Ray Bartok (Paris) – groove schizo post-punk jazzy-electro cinétique
ricebowlclub.bandcamp.com

« À force de prendre des chemins détournés, il fallait bien que Ray Bartok se retrouve un jour les deux pieds dans la boue, celle du Delta, des marécages du blues hantés par les fantômes de Charlie Patton et James Lee Burke. C’est chose faite avec « Widow », nouveau 5 titres de ce duo parisien formé en 2007 avec l’idée de déformer les genres – post-punk, rock, jazz, hip hop – pour en extraire le groove le plus oblique et le plus saccadé.
De blues il s’agit ici, mais déviant donc, dans l’esprit avant tout (répétition, plainte, satire) et la sueur électrique. »


mardi 10 mars

L’Espace B
16 rue Barbanègre
75019 Paris (Porte de la Villette)
www.espaceb.net

ouverture des portes à 20h
START à 20h30 – PAF : 6€