[#67] DUAS sEMI cOLCHEIAS iNVERTIDAS + José and the Buttsluggers + Why!

En veux-tu? En v’là! présente :

DUASsEMIcOLCHEIASiNVERTIDAS – futuristic punk (Lisbonne)
www.duassemicolcheiasinvertidas.bandcamp.comduassemicolcheiasinvertidas

José and the Buttsluggers – free punk
www.joseandthebuttsluggers.blogspot.com

Why! – progressive / ambiant / experimental
www.myspace.com/whybandparis

mercredi 18 avril

La Cantine
108 boulevard de Belleville
75020 Paris
métro Couronnes ou Belleville (ligne 2)

20h – 5€

DUASsEMIcOLCHEIASiNVERTIDAS
Comment ça se prononce ?! Comme ça s’écrit. Comme ça joue. Comme ça s’écoute ! En prenant bien son souffle avant, en remuant sa couenne comme ça swingue de travers… C’est comme on peut, en fait ! Y’a là-dedans de la poursuite en taco – option sièges bien défonce – dans les rue de Lisbonne sur Hudson ; de la fanfare en opposition, du jazz qui sent curieux ; de la syncope dans le genre où si tu saute un tour, t’as pas fini de tomber. A croire que le cuivre, ça exhale du raide, quand ça s’oxyde sous les voûtes underground – là où les genres se pillent et font des trucs ensemble qu’on n’y aurait pas cru, si on nous avait dit…
www.myspace.com/duassemicolcheiasinvertidas

José & the Buttsluggers
Comment ça s’écoute ? Comme ça se prononce ! En faisant des tours de langues sans éviter les dents ; en groovant dans l’essoreuse, programme chiffre à fractions, trucs à fragmentations ; en ponkant quelque peu plus qu’un poil, post ou pas, c’est à voir – mais en tout cas pas loin d’où ça s’attrape à mains nues, là où ça se gobe bien free, où ça croque bien cru. José en a dans sa musette ; son set à cinq ; ses trucs qui se tapent et ses choses qui se grattent ; ses éclats qui se déclament et tout ce qui se clarinette – en se contorsionnant des morceaux d’organisme. Venez Joser ; butt’n’sluggez – c’est comme ça qu’on se démet bien à point la carcasse : dans les flots de fluides luminescents qui charrient tous les bouts.
www.joseandthebuttsluggers.blogspot.com

Why!
Et comment ça, Pourquoi ?! Ça se demanderait, un truc pareil ? Ici c’est progressif, ils disent. Comme la perte graduelle du sens de l’équilibre ? Jazz ? Dans les coins. Dans les angles électriques. Rock ? Depuis quand ces trucs-là savent compter plus loin que quatre ? Drôle d’ambient à la cantine ; paraît que ça s’avale en tournoyant sur l’occiput, les coudes battant les flancs. Et même que ce machin, là, on dirait… Un piano ? Allez savoir. Et… Allons bon ! Les voilà qui dérapent en zeuhl-bop à ferraillage. M’est avis qu’il faut s’y jeter. Histoire de rester debout. Et pourquoi pas la sarabande, la Saint-Guy, la tarentelle. Ce sont les pas adéquats pour vriller la cadence.
www.myspace.com/whybandparis

Pour ceux qui s’y paumeraient quelque peu – bien leur en prenne, comme dit l’adage – le point de ralliement est sis toujours au même endroit. Pardis ! Au bar… RDV le 18 avril.